Comment poser une poutre IPN

138

La construction ou la rénovation d’une habitation est un projet qui généralement fait appel à diverses compétences. Dans le cadre spécifique du réaménagement, d’importants travaux sont entrepris, lesquels peuvent impacter la structure même de la construction. Pour l’ouverture des différentes pièces, l’installation de poutre IPN est indispensable pour assurer la stabilité et la solidité de la bâtisse. Voici les étapes à suivre pour effectuer une pose d’un tel équipement.

Établir un plan d’exécution des travaux

Avant d’entamer la pose, il est nécessaire de recourir à l’expertise d’un ingénieur structure. C’est celui-ci qui estimera les charges qui s’appliquent sur la poutre. L’étude permettra de choisir le matériel le plus apte à supporter lesdites charges. Sur la base de ce travail visant essentiellement la solidité du logement, le professionnel fournira un plan de démolition. De même, vous pourrez bénéficier de conseils sur les poutres IPN et d’astuces pour distinguer les murs porteurs des autres cloisons. Ce sont ces derniers qu’il faudra ouvrir pour installer la poutre.

Procéder au dimensionnement de l’IPN

Le dimensionnement de l’IPN consiste à calculer les cotes sur le mur porteur. Cette étape permet de déterminer avec précision la zone d’encastrement de la poutre. Les mesures ainsi prises sont reportées sur cette dernière pour favoriser un découpage aussi juste que possible. Pour cette dernière phase, il est généralement conseillé de compter une marge de 20 cm de chaque côté de la lambourde. C’est une précaution pour faciliter la phase de scellement dans la maçonnerie.

Percer le mur pour installer la poutre

Il faudra ici faire appel à un maçon spécialisé dans les travaux de types gros œuvres. Celui-ci se chargera de réaliser les creux nécessaires pour poser les IPN et d’abattre les murs porteurs après. Selon le type de cloison, l’artisan utilisera différents outils. Ainsi pour creuser un mur plein, un perforateur-burineur sera requis. Pour les constructions creuses comme les briques ou parpaings, un marteau de masse et un burin suffiront. L’utilisation de disqueuse est toutefois recommandée pour éviter les microfissures et favoriser un rendu plus net. Le maçon devra réaliser un creux de 10 cm de profondeur dans les deux murs porteurs. Ensuite, il agrandira l’un des trous qui servira de zone de retrait pour faciliter la pose de l’IPN.

Installer la poutre et procéder au scellement

Commencez l’enchâssement de la poutre par la cavité de scellement la plus profonde. Une fois que les deux extrémités ont atteint leurs espaces, il faudra ajuster le positionnement du profilé. Assurez-vous que la pose des deux bouts respecte les mêmes profondeurs. Utilisez un niveleur pour vérifier l’horizontalité du matériau. Pour sceller votre IPN, vous pouvez recourir au scellement au mortier ou choisir l’approche chimique. La première technique qui est la plus utilisée.

Pour ce faire, le mortier doit avoir la bonne texture. Il faudra prendre trois portions de sable pour chaque part de ciment. Cette mesure n’est pas rigoureuse, mais elle est fortement recommandée. Servez-vous ensuite d’une truelle pour homogénéiser la mixture. Mouillez convenablement les cavités avant d’y verser le mortier. Prenez soin de bien remplir les ouvertures, puis surfacer le mur.

Démolir les murs porteurs et installer les étais

Cette phase est délicate et doit être assurée avec précaution. Elle nécessite des outils adéquats, car cet abattage fait appel à une technique différente de celle utilisée lorsqu’il s’agit d’un simple mur de cloisonnement. Ici, il faudra procéder étape par étape en perçant d’abord le mur, puis en le découpant par tranche depuis le sommet jusqu’au plancher. Au fur et à mesure de l’opération, il faut installer des étais de maçon. Ce sont des pièces en bois ou en métal qui servent à maintenir une construction en place.