Quel isolant pour une maison bioclimatique ?

0
211
maison climatique

Une maison respectueuse de l’environnement devient de plus en plus une priorité à notre époque. Les maisons bioclimatiques sont alors, de plus en plus prisées. En plus d’un design très moderne, un éco home offre plusieurs avantages. Le confort et le bien-être de ses occupants sont au rendez-vous. Cependant, un logis confortable rime avec isolation optimale d’où l’objet de cet article.

Le rôle d’un isolant

Un isolant est un élément clé non négligeable lors de la conception d’une maison. Il joue un rôle important non pas seulement en termes de régulation de température. Un bon isolant limite aussi la consommation énergétique de ses occupants, prévient les tâches d’humidité et atténue le bruit ambiant.

Les différents types d’isolants

L’utilisation des matériaux écologiques est capitale pour préserver l’environnement. La conception d’une maison bioclimatique se doit de remplir ce critère. Pour cela, le choix des matériaux de construction est important.

En matière d’isolation, il existe plusieurs types :

a) Les isolants synthétiques :

Ils sont fabriqués à base de produit pétrolier, donc pas forcément écologique. Néanmoins, ils sont très appréciés pour leurs performances thermiques et leurs coûts moins élevés. On peut citer le polystyrène (expansé ou extrudé), la mousse de polyuréthane expansé et la mousse phénolique.

b) Les isolants naturels :

Ce sont des isolants biosourcés, car ils sont principalement issus de matières minérales, végétales ou animales. Il est important de noter que les isolants minéraux subissent un traitement chimique.

c) Les isolants minéraux :

Comme son nom l’indique, ils sont issus de différents minéraux. Ils sont fabriqués à partir de matières naturelles telles que la roche volcanique, le sable ou le verre recyclé. Les isolants minéraux, fabriqués en forme de panneau, présentent une très grande résistance au feu. Ils ont aussi une très grande efficacité tant pour l’isolation thermique que phonique du logis.

Malgré le traitement chimique, ils restent beaucoup plus écologiques que les isolants synthétiques. On distingue : la laine de roche, la vermiculite, la fibre de verre, et enfin le verre cellulaire. Avec une durée de vie importante, ils représentent un bon rapport qualité-prix. Cependant, il est tout de même important de noter que ce type d’isolant est extrêmement énergivore.

d) Les isolants issus de la production végétale :

De tous les isolants, c’est celui qui consomme le moins d’énergie. Sa spécificité réside dans une émission quasi inexistante de substance nocive pour l’environnement. Les isolants issus de la production végétale sont donc moins agressifs à l’égard de la santé de ses occupants. On peut citer : l’ouate de cellulose, la fibre de bois, les fibres de chanvre, les fibres de lin et le coco.

e) Les isolants issus de la production animale :

Ils sont beaucoup plus restreints. Ils se limitent à la laine de mouton et à la plume de canard ou d’oie.

Pourquoi choisir un isolant naturel ?

Le naturel ne viole pas l’environnement. C’est l’une des principales raisons. Si votre préoccupation est un environnement sain et écologique, les isolants naturels restent la meilleure option. Tout comme ses concurrents, ils protègent ses occupants du feu et de l’humidité.

Son efficacité en matière d’isolation phonique et thermique a déjà été prouvée. Outre elle présente d’autres avantages.

a) La santé avant tout

Choisir le naturel, c’est protéger sa santé et celle de ses proches. En effet, exempt de matières chimiques, ils n’ont pas d’impacts nocifs sur la santé. Les fibres d’un isolant naturel ne sont pas irritantes. Son installation ne nécessite donc pas une prise de précautions particulières. En outre, ils sont totalement dépourvus de fibres allergènes, d’émanations polluantes et irritantes. C’est l’isolant idéal pour une personne asthmatique.

b) Une matière, une spécificité

Comme tous les produits, les isolants naturels ont leurs propres caractéristiques. Le marché offre une large gamme et divers types d’articles. Certaines sont proposées sous forme rigide, d’autres sous une forme beaucoup plus souple.

  • La laine de mouton par exemple est conditionnée sous forme de rouleau de différentes épaisseurs. Le plus souvent, elles sont déjà traitées contre les mites. Difficilement inflammables et très flexibles, elles s’adaptent parfaitement aux zones irrégulières des charpentes. Elles régulent également l’humidité en absorbant jusqu’à 30 % de son poids sans altérer ses propriétés isolantes.
  • Le chanvre, quant à lui, est souvent présenté en forme de blocs, de rouleaux ou encore de granulés. C’est un excellent isolant acoustique et joue un rôle de régulateur d’humidité. Cela permet de prévenir les moisissures et les champignons. L’une de ses atouts principaux est sa capacité à purifier l’air. En effet, une palette de chanvre capte environ 100 kg de CO2 dans l’atmosphère. En outre, au contact du feu, il ne s’enflamme pas, donc il ne dégage pas de fumées toxiques.
  • L’ouate de cellulose se présente en panneaux. On peut également les retrouver en vrac. Ils sont principalement composés de papier recyclé. Il constitue un très bon isolant acoustique. Son coefficient d’isolation est semblable à celui de la laine de verre.
  • La laine de coco constitue une révolution écologique. C’est un excellent isolement phonique et elle présente une très grande perméabilité à la vapeur d’eau.

Conclusion

Une isolation naturelle de qualité contribue grandement à un confort optimal. Mais surtout, elle répond aux critères qu’exige une maison bioclimatique. En été, elle constitue une barrière pour l’entrée de la chaleur. En hiver, elle affiche d’excellentes performances thermiques et conserve la chaleur.

Cela permet un gain considérable en matière de consommation énergétique. De plus, une isolation naturelle reste fidèle à l’environnement dans le sens où elle consomme moins d’énergie grise.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here